Haut de page

Réunion dans le pays de Saint-Malo

Commission 1 : Développement équilibré des territoires (Bernard Marquet, Vice-président en charge de l'économie, de l'agriculture, de l'innovation, du développement durable et des contrats départementaux de territoire)
 
Répartition des interventions du département sur le pays de Saint-Malo pour une enveloppe de 14.75M€


Troisième génération de contrats de territoire représente 14.75 millions d’euros :
Subventions à différents projets locaux :

  • Réhabilitation des 3 centres nautiques de Saint-Lunaire et Saint-Briac,
  • Réhabilitation du Fort Saint Père, à hauteur de 50%,
  • Construction d’une garderie périscolaire à Pleine-Fougères,
  • Reprise de la boulangerie de Sougéal, rouverte depuis mai 2018 : intervention, à hauteur de 37% du coût total, de l’acquisition et la réhabilitation d'un bâti ancien pour y héberger local commercial et logements,
  • Renforcement de l’équipement numérique par le déploiement de la seconde phase « Bretagne Très Haut Débit », et le projet de fibrer 86.300 locaux supplémentaires entre 2019 et 2023

 
Infrastructures routières et mobilités douces :

  • Opération de 6.2 millions d’euros qui a permis d’équiper le carrefour des Millières de voies douces, avec un passage 2x2 voies à la sortie du barrage, ce qui favorise la fluidité de la circulation.
  • Fin de la déviation Est de Dol programmée en fin d’année 2018 : investissement de 12 millions d’euros, qui répond à une volonté d’amélioration de la qualité de vie dans le centre tout en renforçant la sécurité des usagers

 
Développement durable :

  • Education renforcée dans les collèges de Saint-Malo grâce à de multiples actions ciblant la restauration scolaire.
  • Collège de Cancale : 50% d’achats en circuit-court
  • Au programme : 33 journées d’animation sur le tri et le gaspillage des déchets et 11 interventions sur le plaisir à la cantine, assurées notamment par le recrutement d'un service civique pendant 10 mois

 
Espaces naturels sensibles (ENS) : 500 hectares d’ENS, de Cézembre à Dingé, gérés par l’agence départementale du pays de Saint Malo.

  • Récente requalification du site de la pointe du Grouin
  • 2 acquisitions d’espaces naturels sur la zone blanche ENS à Dingé et sur les Marais de Vaux
  • Participation du Département à l’Inter-SAGE (Schéma d'aménagement et de gestion des eaux) de la Baie du Mont Saint-Michel et à l’élaboration du PPRSM (Plan de prévention des risques submersion marine) à travers un cofinancement et un soutien technique à la conception et la réalisation des projets : subvention de 2.75 millions d’euros pour le Marais de Dol et 300 000 euros pour le territoire de Saint-Malo, correspondant aux études et travaux

 
Commission 2 : Egalité des chances (Franck Pichot, Vice-président en charge de l'éducation et de la jeunesse)
 
Qualité de vie dans les établissements scolaires

  • Raccordement à la fibre optique du collège de Pleine-Fougères, à titre d’expérimentation, dans le cadre du plan numérique éducatif départemental
  • Extension du collège de Tinténiac, qui connait une forte augmentation d’effectifs : capacité du collège portée à 650 places pour un investissement de 8,6 millions d’euros

 
Culture

  • « Sémaphore » à la pointe du Grouin : espace d’accueil de résidences d’artistes et d’expositions ayant accueilli 5000 visiteurs durant l’été 2018
  • Travail culturel mené par le musée Manoli et les acteurs du territoire

 
Commission 3 : Solidarités (Catherine Debroise, Vice-Présidente en charge de l'insertion)
 
Accompagnement des communes dans le cadre du SDAASP (Schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public) : opération de recensement des pratiques professionnelles de l’accueil et de l’orientation menée par le biais d’un questionnaire adressé aux communes des territoires préfigurateurs (Communauté de Communes Côte d'Émeraude, Saint-Malo Agglomération, et  Communauté de Communes Bretagne Romantique).
 
Accès au logement :

  • Secteurs de Québriac et Courtil-des-Noës : 12 logements locatifs adaptés aux personnes âgées et une salle commune de 80 m² mis à disposition
  • La Ville-ès-Nonais : 3 logements et une boulangerie, suite à l’acquisition et la requalification globale d'un ilot en vacance dans le centre bourg : investissement de 1,035 millions d’euros couvert par le Département à hauteur de 32% (soit 323 000 euros)

 
Commission 4 : Ressources humaines, finances sécurité, moyens généraux (Béatrice Hakni-Robin, Vice-présidente en charge du personnel et des moyens des services)
 

  • Département premier contributeur au financement du SDIS avec 31,54 millions d’euros  au titre du budget 2018, soit 47 % du budget de fonctionnement du SDIS
  • A mi-mandat, 20% du budget prévisionnel mandaté, en majeure partie pour financer le plateau technique de l’école des sapeurs-pompiers de L’Hermitage et la construction et restructurations de casernes de pompiers (à Rennes et à Fougères, par exemple)
  • Surveillance littorale assuré par le SDIS : 35 situations ont nécessité l’accompagnement des actions de la Société nationale de sauvetage en mer

  • Formation de 75 collégiens à la sécurité civile dans 3 collèges
  • Accès à une première expérience professionnelle pour 300 jeunes Bretilliens et Bretilliennes d’ici 2021
  • 49 contrats d’apprentissage, 155 contrats emplois d’avenirs et 68 services civiques, dont 32 en interne et 36 en externe, dont 3 signés sur le secteur de Saint-Malo

 

Synthèse des questions posées aux élus

Quelles sont les dates d’installation de la fibre dans chaque établissement ?
Le programme est en cours de déploiement et progresse mais il est difficile de donner un échéancier précis.

Quels sont les chiffres concrets concernant la fibre ?
Le Département n’est pas maître d’ouvrage en matière de fibre optique. Il n’est que l’un des partenaires financiers de la généralisation de la fibre, contrairement à son rôle sur les collèges.

Quelle faisabilité pour le passage à vélo de la Rance en toute protection ? 
Roger Morazin :
Aujourd’hui, les communautés d’agglomération et de communes travaillent à la faisabilité de ce projet et rédigent le cahier des charges du programme. Les scénarios sont étudiés par le Département pour présenter un projet d’ici fin 2018. Le Département ne s’est pas engagé à prendre à sa charge l’intégralité des dépenses, bien qu’il ait un intérêt pour le projet. La piste cyclable des Millières ne sera pas ouverte dans l’immédiat et on prévoit une voie verte à partir des Nielles. 
 
Quand l’alimentation sera-t-elle issue de toutes les agricultures et notamment du bio ?
Bernard Marquet :
Changer les modes d’alimentation doit être un effort pédagogique de tous et pas seulement du Département. Sur le territoire, nous sommes dans une démarche responsable avec 50% de circuit local, dont une partie de bio. Le but n’est pas d’opposer les agricultures mais bien de permettre aux activités de perdurer tout en s’adaptant aux nouveaux enjeux afin de les rendre fortes et durables.
 
Quelles suites pour le dés-envasement de la Rance ?
Jean-Luc Chenut :
Il ne s’agit pas d’une mission intégrant le socle de compétence du Département. D’ailleurs, le Département ne souhaite pas rentrer dans le dispositif et considère que le dossier doit être porté par l’Etat et les collectivités concernées.
 
Concernant le sport nautique, le retour d’un plan nautique est-il envisagé ?
Bernard Marquet :
Actuellement, le Département intervient dans le projet de réhabilitation de centre nautique sur la Communauté de Communes Côte d'Émeraude. Toutefois, le Département concentre son soutien aux clubs de nautisme existants. 
 
Quelle est la participation du département sur la route du Rhum ?
Jean-Luc Chenut :
Le Département est impliqué sur la route du Rhum et partage l’évènement avec les usagers. Il met également à disposition un soutien logistique tels que les routes ou les espaces naturels sensibles (ENS), toutefois, il ne s’agit pas d’une participation financière.
 
Quel est l’intérêt de la revue du Département : Nous, Vous, Ille ? Peut-on demander à ne plus la recevoir au regard de son manque d’utilité ? 
Jean-Luc Chenut :
Il ne s’agit pas de publicité, et le magazine ne suit pas les règles d’une diffusion nominative et ciblée. Le but de cette revue est la diffusion d’informations concernant les collectivités. Aujourd’hui, un tirage est effectué pour chaque ménage bretilien.